jeudi 3 mars 2011

M. Galouzeau de Villepin, le pompier pyromane.

Succès fou de participation dans le secteur écologie du PG pour répondre au sieur Villepin sur sa proposition de revenu citoyen :)

Sa tribune dans Libé agite pas mal en ce moment dans les réseaux. République sociale, services publics - notamment bancaire et du logement, et même un soupçon de temps libéré... Intéressant.

... Si ça ne venait pas de l'artisan du CPE et des suppressions de postes dans la fonction publique ^^

Voici donc la réaction rapide qu'on a rédigée pour le PG. Une tribune est en cours de rédaction de manière plus large avec des copains de l'Appel et la Pioche, Utopia, Sauvons les Riches... Et on échange sur tout ça avec Paul Ariès ;) M'est avis que ça va finir par percer dans le débat public, cette histoire de revenu universel. En tout cas on fait tout pour. Je vous en reparle très vite...

A court d'idées, ou en recherche d'un bon coup de comm' politique, Dominique de Villepin propose d'instaurer un revenu citoyen. Aurait-il une révélation soudaine pour les questions sociales pour venir participer à ce débat qui traverse la gauche de transformation sociale et l'écologie politique ? Naturellement, ce débat existant au sein du Parti de Gauche depuis sa fondation, nous sommes toujours ravis d'accueillir de nouvelles contributions.

Mais nous nous permettons de douter de la sincérité de M. de Villepin dans ce débat. Dans notre vision de gauche sociale et écologique, une telle réforme devrait avoir une dimension de redistribution massive des richesses. Or M. de Villepin a opéré une véritable redistribution des richesses à l'envers lorsqu'il était Premier ministre. Que l'on songe, entre autres :

- aux casses du droit du travail (CNE, CPE), pour précariser et sous-rémunérer un peu plus les salarié-e-s,

- à la diminution du nombre et des taux des tranches à l'impôt sur le revenu,

- aux suppressions de postes dans la fonction publique, sous couvert de nouvelle loi organique sur les lois de finances (LOLF), cadre d’exécution de la RGPP, alors qu'une récente étude de l'Insee montre l'importance des services publics dans la lutte contre les inégalités.

Et il continue, en proposant de financer son revenu citoyen par la TVA, dont on sait quel impôt injuste elle représente, et en faisant du revenu citoyen un outil au service du patronat, susceptible de remplacer les nécessaires hausses de salaire.

En réalité, il nous semble que Dominique de Villepin ne poursuit qu'un seul but : prendre de court le débat important et complexe qui existe à gauche, en l'appauvrissant et en le déformant, en le réduisant à une mesure d'accompagnement social du capitalisme, à l'opposée d'une tentative radicale pour transformer notre société.

Nous le disons à M. de Villepin : on ne peut aborder cette question sans modifier notre définition du progrès social, sans tourner le dos aux conceptions néolibérales et productivistes insoutenables socialement et écologiquement, comme celles qu’il a promues pendant ses années au pouvoir. La question doit être prise comme partie intégrante d'une réflexion plus globale pour transformer en profondeur nos modes de production, de consommation et d'échange, et viser l’émancipation humaine en inventant une autre manière de vivre ensemble, respectueuse des individus, des peuples souverains et des écosystèmes.

Haut de page