mercredi 2 mai 2018

Anticipations (7) L'abondance à la fin

deer.jpg

Septième chronique de ma série "Anticipations" : fin du monde et abolition de la propriété privée (toujours ça de gagné). 

(Retrouvez les précédentes chroniques ici)

***

L’abondance à la fin

Dans I Am Legend (2007), une manipulation génétique destinée à sauver l’espèce humaine a finalement provoqué son extinction - ou plus précisément sa mutation. Un homme en réchappe. Il est noir, jeune, sportif, militaire gradé, expert. C’est le dernier homme sur Terre, un thème récurrent du roman post-apocalyptique et du cinéma d’anticipation. Presque le dernier : il y a une survivante, une évangéliste gentiment illuminée et pétrie d’espérance.

Dans The World, The Flesh And The Devil (1959), c’est une guerre nucléaire qui a radié les êtres humains de la surface de la planète. Le survivant, Ralph Burton, est un mineur afro-américain. La survivante, une jeune et jolie blanche de bonne famille. Et on est encore à l’époque de la ségrégation raciale aux États-Unis.

En guerre contre les mutants que sont devenus les humains après la pandémie, Robert « Legend » Neville vit seul avec son chien et son stock d’armes, dans une ville retournée à l’état sauvage. La végétation s’est emparée du bitume. Des arbres poussent dans les interstices du béton. On ne peut s’empêcher de penser à Tchernobyl, où les populations de cerfs et de sangliers ont explosé. Ou à la zone contaminée de Fukushima, où ce sont les ratons laveurs et les cochons sauvages qui se sont multipliés : ces nouveaux sangliers sont passés de 3 000 à 13.000 individus en deux ans. Et il faut reconnaître le caractère jubilatoire des décors du film, l’exultation à voir ces bandes de cervidés s’éparpiller en bondissant au milieu des voitures à l’arrêt.

Comme il y a une légère ivresse, un vertige à imaginer la profusion de possibilités ouvertes par l’abolition soudaine et totale de la propriété privée. (...)

Lire la chronique en accès libre dans son intégralité ici

La notion de classes et l’examen du tabou racial de la fin des années cinquante ont été remplacés dans les années 2000 par la rectitude militaire et le héros survivaliste. Mais la nature demeure et dans les deux cas, la fin du monde aura au moins gagné un point : tout est à nous, enfin.

The World, The Flesh And The Devil (Le Monde, la chair et le diable) - Ranald MacDougall – 1959

I Am Legend (Je suis une légende) - Francis Lawrence - 2007

Haut de page