samedi 22 décembre 2018

Nous n'avons pas le droit de détourner les yeux de ce qui se passe en Syrie, de ce qui se construit au Rojava

Sara_et_sa_fille.JPGvie_reprend_cornet_de_glace.JPGvie_reprend_quatre_femmes_au_soleil.JPGfamille_Siham.JPGhopital_blesses.JPG

Voici les visages de femmes et d'hommes qui vivent en Syrie du Nord, au Rojava. Je les ai rencontrés à Kobane, Qamishle, Jinwar, au Printemps dernier. Trois millions de personnes aujourd'hui menacées par l'armée turque. 

La situation au Moyen Orient vient de s’aggraver considérablement, avec l'annonce par Donald Trump du retrait des forces armées Etats-Uniennes de Syrie, contre l’avis de sa propre administration et de son équipe de sécurité nationale, suscitant même la démission du chef du Pentagone, Jim Mattis. Cette décision laisse la voie libre à une nouvelle attaque de la Turquie contres les kurdes et les Forces démocratiques syriennes, qui livrent toujours bataille dans le sud-est syrien où 2.000 djihadistes sont encore retranchés selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

Le 12 décembre, le président turc Erdogan a annoncé sa volonté de frapper « l’est de l’Euphrate » : le Rojava, où s'inventent une vie ensemble des chrétiens, musulmans, yézidis, arabes et kurdes. Où des femmes, victimes de viols de guerre, retrouvent paix et dignité, comme au village de Jinwar. En janvier déjà, la Turquie avec l'aide d'anciens djihadistes avait envahi Afrin, jetant des milliers de réfugiés sur les routes. Afrin est aujourd'hui toujours occupée par la Turquie. De nombreux cas de persécutions, de violences sexuelles et de disparitions sont recensés. Le 13 décembre, l’armée turque a bombardé le camp de réfugiés de Makhmour et Sinjar au Kurdistan Irakien. En ce moment même, des militaires turcs, rejoints par des milliers d’anciens officiers de l'armée syrienne et de factions djihadistes, se massent à la frontière syrienne. En cas d'attaque sur le Rojava, les Kurdes seront obligées de quitter les lignes du front contre Daech pour se défendre contre l'armée turque. Des centaines de milliers de civils qui se sont réfugiés au Rojava sont menacées. Le projet unique qui s'y construit serait anéanti.

Nous n'avons pas le droit de détourner les yeux de ce qui se passe en Syrie, de ce qui se construit au Rojava. Il en va de notre dignité. Relayez, diffusez, témoignez de notre solidarité. #DoNotAbandonRojava #StopTurkeyDefendRojava

  • Toutes ces photos ont été prises au Printemps 2018 à Kobane, Jinwar, Qamishle. Le long de la frontière avec la Turquie. Toutes ces villes sont aujourd'hui dans le viseur de l'armée turque. Pour en savoir plus sur ce séjour au Rojava, récit et témoignages : "Carnets du Rojava" sur Ballast

 

Haut de page