... C'était le titre du débat que j'avais organisé à la Fête de l'Huma en 2010 déjà, et ce slogan n'a jamais été autant au cœur de l'actualité du Front de Gauche qu'aujourd'hui !

Mon camarade Mathieu Agostini, responsable de la commission écologie du PG, est en ce moment même présent avec Danielle Simonnet en notre nom en soutien aux Déboulonneurs pour leur procès, et en même temps je découvre ce matin que le RAP, résistance à l'agression publicitaire, vient de sortir son "Pubomètre", plaçant le programme du FDG et Jean Luc Mélenchon en tête avec une note de 9/10 !



Vous pouvez retrouver ici toutes nos prises de position depuis trois ans sur le sujet.

... Et voici le communiqué de soutien du Front de Gauche aux Déboulonneurs en procès aujourd'hui, également sur Place au Peuple :

Le Front de Gauche soutient les Déboulonneurs en procès


Le samedi 26 janvier 2008, à visage découvert devant une soixantaine de sympathisants, une trentaine de policiers et une dizaine de journalistes, huit militants du Collectif des Déboulonneurs ont barbouillé 5 panneaux publicitaires géants appartenant à la société Avenir (JCDecaux) sur l’avenue des Champs-Elysées à Paris. Seuls deux, choisis arbitrairement, ont été interpellés et emmenés au commissariat.

Le 19 mars 2010 s’est tenu en première instance le procès en première instance de ces huit militants, les six non interpellés se portant comparants volontaires lors de l’audience. Au cours de celle-ci, la procureur a demandé la relaxe pour les six comparants volontaires au motif qu’elle n’a pas la preuve de leur agissement, et a demandé 100 jours amendes à 30 euros pour un prévenu en état de récidive et 30 jours amendes à 10 euros pour le second. L’avocat a quant à lui plaidé la relaxe collective. Il a eu gain de cause, puisque la 13è chambre du TGI de Paris a relaxé l’ensemble des prévenus le 2 avril 2010. Les attendus précisent qu’ »en apposant sur un support prévu pour la communication des idées ou des informations en réponse ou en complément de ce qui est contenu dans le dit support, les prévenus n’ont pas commis de dégradation ou de destruction mais n’ont fait qu’exercer leur liberté d’expression et de communication ; qu’il convient donc de prononcer la relaxe en considérant que l’exercice de cette liberté ne saurait constituer une infraction, hors les cas limitativement et spécifiquement prévus par la loi, ce qui n’est pas le cas en l’espèce ».

Le procureur ayant fait appel, les huit militants sont à nouveau convoqués devant la justice le mardi 3 avril prochain à 13h30 à la cour d’appel correctionnelle de Paris. Assumant leurs actes, ils souhaitent ainsi attirer l’attention sur leurs revendications : ouverture d’un large débat sur la place de la publicité dans l’espace public, reconnaissance de la liberté de réception (réduction des formats et densités des dispositifs), interdiction des dispositifs consommant de l’énergie. Mathieu Agostini, responsable de la commission écologie du PG, sera sur place pour représenter le Front de Gauche.

Les Déboulonneurs poursuivis ont reçu le soutien de longue date de Martine Billard, présidente du Parti de Gauche et députée de Paris, et de Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de Gauche aux présidentielles. Mathieu Agostini, le responsable écologie du PG, représentera le Front de Gauche
Parce que la criminalisation des lanceurs d’alerte, sur ce sujet comme sur les autres, est scandaleuse.
Parce que 40 % des panneaux publicitaires actuels sont illégaux.
Parce que la publicité est un impôt privé qui coûte plus de 500 euros par an et par personne en France.
Parce que les messages publicitaires induisent des représentations du monde, où la conscience de classe est abolie, et où le bonheur passe forcément par le bon mode de vie et le bon mode de consommation, sans cesse changeant (modes).
Parce que dans une société laïque respectant la liberté de conscience, il est tant que la liberté de non réception des messages publicitaires soit consacrée.

Le Front de Gauche fait de la lutte contre le consumérisme un axe de sa planification écologique. S’agissant de l’affichage publicitaire, il propose de faire respecter les lois déjà existantes, mais aussi d’interdire les panneaux publicitaires dont la taille dépasse 50 X 70 cm, de réduire le nombre de ces panneaux, de les interdire dans les transports en commun et à proximité des établissements scolaires…

Et, par ailleurs, le candidat du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon s’est prononcé le 18 mars à la Bastille en faveur d’une nouvelle Constitution qui protègerait les lanceurs d’alerte.