Chroniques du Diois (Reporterre)

vendredi 6 juillet 2018

Messieurs Juncker, Macron et Wauquiez, pompiers pyromanes de la ruralité

chronique1dielanuit.jpg

Chronique du Diois publiée sur Reporterre le 3 juillet 2018 La semaine dernière, nous étions en session plénière à la Région Auvergne Rhône Alpes. En face de nous, un Laurent Wauquiez tout fier d’annoncer que la Région allait désormais pouvoir faire des avances aux agriculteurs et projets ruraux qui bénéficient des fonds européens « Leader », bloqués depuis des mois maintenant par un logiciel national défaillant, Osiris.  De fait, cette calamité numérique a plongé un certain nombre d’acteurs ruraux dans une détresse proche de l’écœurement. Et on ne peut nier l’effet salvateur pour nos (...)

Lire la suite

samedi 2 juin 2018

Jardiner, nourrir, et se préparer à atterrir (chronique Reporterre)

le_terrain_dit_du_permacol.jpg

Chronique du Diois parue sur Reporterre le 28 mai Malgré mon appel à l’aide sur les réseaux sociaux - qui a toutefois considérablement enrichi mon catalogue de podcasts sur la collapsologie - je n’ai pas réussi à retrouver cette émission de France Culture entendue distraitement un matin. L’invité y évoquait l’effondrement à venir, l’insécurité alimentaire du monde moderne en soulignant la faiblesse des stocks de nourriture à Paris, et plus généralement la nécessité d’anticiper, en développant les surfaces cultivées, un futur exode urbain vers les campagnes où les populations iraient se (...)

Lire la suite

lundi 30 avril 2018

Des fourmis et des hommes (dans la selva)

Dans_la_jungle.jpeg

Des fourmis et des hommes, chronique d'agroforesterie tropicale de retour du Brésil Publiée sur Reporterre le 26 avril, dans la foulée de ce premier billet au vu des événements récents autour de Lula au Brésil Tout en haut, la canopée qui permet d’ombrager, plus bas, les cacaoyers. Des différences de strates qui font vortex, interceptent l’humidité (1) et l’attirent vers les bananiers. Au sol, des plantes et végétaux destinés à fournir la matière organique. Ce sont les quatre strates de l’agriculture syntropique pratiquée par quelques pionniers dans le biome de la Mata Atlantica, une forêt (...)

Lire la suite

jeudi 1 mars 2018

Rêvons : singes-araignées, chats-pêcheurs, lamas-bergers et ballets d'été

lamas_bergers.jpg

Chronique publiée le 28 février sur Reporterre : "Des singes-araignées sur les routes du Vercors..." Quand l’hiver se fait long et gris, entre un procès kafkaïen en Turquie et les frasques de Laurent Wauquiez à la Région, on se surprend à avoir envie de rêver un peu… Alors rêvons. Rêvons de singes-araignées, de chats-pêcheurs et de lamas-bergers. Rêvons d’un ballet de martinets-dauphins un doux soir d’été… N’oubliez pas, même si vous êtes occupés, même si vous traversez la cour à la hâte, absorbés par vos tâches urgentes, n’oubliez pas de lever la tête un instant et de jeter un oeil (...)

Lire la suite

mercredi 31 janvier 2018

L'austérité nuit gravement à la santé (Chronique Reporterre)

20180116_110006.jpg

Chronique du Diois publiée sur Reporterre le 29 janvier 2018 : "La déshérence des services publics met des vies en danger"  Dans le Diois, même si les sommets du Vercors sont soulignés délicatement d’une couche blanche de poudreuse, on peine à retrouver les grands frimas de l’hiver. Les températures restent désespérément douces, les raquettes gisent dans le placard. La montagne reste un territoire de randonnée dont on revient crotté de boue, privé de la joie de tracer ses empreintes dans la neige. Elle reste aussi un lieu dangereux pour les marcheurs, où maîtriser la culture du (...)

Lire la suite

mardi 9 janvier 2018

Zone rurale, perte de chance médicale : la rime qui tue

manifDie.jpg

Chronique du Diois publiée sur Reporterre sous le titre "Désert médical, désertion des politiques" le 6 janvier 2018 Elle s’appelle Alice, et elle est venue s’installer à Die avec homme et enfant au Printemps, il y a moins d’un an. Le couple est arrivé dans le Diois avec le projet d’un deuxième enfant, qui avait du mal à se concrétiser avec la vie parisienne, le stress, une forme d’insécurité permanente. Alors quand la décision a été prise de changer de vie, de cadre, de rythme, ils ont commencé par s’assurer qu’il y avait une école, un hôpital, une maternité à Die. Et ça a marché. (...)

Lire la suite

jeudi 23 novembre 2017

Bataille navale, récit d'une ZAD en Mer de Chine méridionale

localisationdeJeju.PNG

Chronique publiée sur Reporterre le 21 novembre sous le titre "En Corée du Sud, une tenace bataille contre une énorme base militaire" Des orangers, des palmiers, un climat incroyablement doux, tout caresse les sens dès qu’on arrive sur l’île volcanique de Jeju, au sud de la Corée... Mais dans ce décor luxuriant se cache la base navale très décriée de Gangjeong. Reporterre s’en était fait l’écho en 2015. Deux ans plus tard, loin de l’Automne de mon Diois, et quelques jours avant la visite de Donald Trump en Corée du Sud, je me suis rendue à Jeju (*). Ile de Chedju, juin 1970. Voici (...)

Lire la suite

vendredi 13 octobre 2017

Où la mésange décroche le rôle titre du prochain Godzilla

mesangeapignocchi.jpg

La nature n’a pas de morale, elle cherche l’équilibre, Chronique publiée sur Reporterre le 7 octobre 2017 Dans ma dernière chronique d’un été entre fiction et réalité, j‘évoquais « la pyrale blanche, qui annihile les buis dans nos montagnes et augmente les risques d’incendie, forme de véritables nuées qui de nuit trompent le regard comme autant de flocons de neige en plein été ». Aujourd’hui ce ne sont ni les papillons ni les chenilles, mais simplement l’automne qui racornit et jaunit les feuilles en altitude. Comme un ruissellement d’ocres qui dévale la montagne des sommets vers la vallée. Et (...)

Lire la suite

dimanche 10 septembre 2017

Climat, anthropocène : l'effondrement qui vient ? Un été entre fiction et réalité

joursheureux_henry_miller.jpg

  Un été entre fiction et réalité, Chronique publiée sur Reporterre le 8 septembre 2017 Il y a des saisons comme ça, où se conjuguent curieusement une infinie douceur de vivre et une toile de fond au goût d’apocalypse… J’ai passé mes vacances chez moi au pied du Vercors, parce que mon vrai luxe, mon doux plaisir est là : à refuser les déplacements motorisés, regarder pousser mon magnolia, effleurer les feuilles du citronnier, rire le cœur léger de voir les chats pourchasser le jet d’eau des tomates, les observer à hauteur d’herbe en prédateurs de lézards. Lire, contempler, s’émerveiller. (...)

Lire la suite

jeudi 27 juillet 2017

Éthidimuron, une aventure aqueuse

N_67548.PNG

Chronique du Diois, publiée sur Reporterre le 18 juillet : "De l'art d'être transparent en cachant tout" L’eau du robinet de notre chroniqueuse est de bonne qualité. Nonobstant la présence d’un mystérieux éthidimuron. Quid ? Elle a cherché à savoir de quoi il s’agissait, plongeant dans les méandres de la réglementation sur les produits chimiques. Résultat ? Mystère et boule de gomme. Il y a quelques jours, j'ai trouvé dans ma boite aux lettres un dépliant de l'agence régionale de santé (ARS), qui doit régulièrement effectuer un bilan de la qualité de l'eau et en informer la (...)

Lire la suite

mardi 30 mai 2017

Plaidoyer paysan. Chronique agricole du Diois pour Reporterre

CassetaDalle1.jpg

"L'agriculture paysanne est la voie à suivre", publiée sur Reporterre le 29 mai 2017. Photos : série inédite de l'opération "Casse ta dalle béton" menée à l'été 2016 par le Mouvement de Libération de l'Humus Diois La « gelée noire » de la fin du mois d’avril a durement frappé le vignoble du Diois, exacerbant les difficultés des paysans. Dans cette partie de la Drôme comme ailleurs en France, le métier de la terre ne permet plus de vivre décemment, déplore notre chroniqueuse. Il ne faut pas toujours se fier aux premiers signes du Printemps. Dans le Diois, martinets et (...)

Lire la suite

mardi 9 mai 2017

Réflexions post-présidentielle (La sourde inquiétude que la politique soit devenue une gigantesque réserve de trolls)

coqdefeu.jpg

Chronique publiée sur Reporterre le 8 mai 2017 Le vieux monde se meurt, mais le matin neuf n’est pas encore levé Aviez-vous déjà noté que la vergogne, cette forme de pudeur et de retenue vaguement craintive est un nom féminin, quand le scrupule, originellement ce petit caillou pointu qui empêche d'avancer sereinement, est masculin ? Et surtout, aviez-vous remarqué que cette notion de vergogne n'existe plus de nos jours que dans sa locution contraire, « sans vergogne »... Cet entre-deux tours a été particulièrement violent et haineux. Il a confirmé la disparition progressive de l'empathie, (...)

Lire la suite

vendredi 28 avril 2017

Accueillir son Tigre, le prendre dans ses bras, et le ramener au sommet. (Chronique Reporterre)

arton12087-2438b.jpg

Chronique publiée sur Reporterre le 22 avril Petit conte publié samedi dernier sur Reporterre, qui depuis ce premier tour prend un relief particulier. Différent. Mais peut-être encore plus aiguisé... Belle lecture.    J’ai découvert hier que j’étais Buffle d’eau selon le zodiaque chinois. J’aime cette image qui m’évoque des paysages de rizières, la fluidité, la puissance et une certaine forme de patience heureuse et apaisée. Mais le symbole qui a le plus aiguisé ma curiosité ces derniers temps est le Tigre de la montagne. Je l’ai redécouvert et exploré à travers le fabuleux Tyger, d’Emily (...)

Lire la suite

vendredi 10 mars 2017

Campagne présidentielle : où agir / l'unité de la gauche (Chronique Reporterre)

arton11752-0ac80.jpg

Chronique publiée sur Reporterre en deux temps, le 7 mars et le 8 mars 2017   1. L’unité de la gauche ne peut se faire que sur des principes forts On m’a fait remarquer que mes chroniques se faisaient de plus en plus poétiques et contemplatives, empreinte de nature et de paysages, de moins en moins « politiques ». C’est vrai, je l’admets. Et franchement, j’aurais préféré continuer, tant en ce moment mes merveilleux insignifiants m’aident à respirer. Mais avec l’allocution de François Fillon, ce 1er mars, convoqué en vue d’une mise en examen et qui se maintient, l’atmosphère irrespirable de (...)

Lire la suite

mardi 24 janvier 2017

Le jour où un moineau punk m’a rendu l’émerveillement

1701chronique.jpg

Chronique publiée sur Reporterre le 21 janvier 2017   J’évoquais, dans ma chronique de septembre dernier, la mésange de Sylvain Tesson : « Cette mésange, mon Dieu, comme celle de cette fenêtre de cabane ouverte sur les forêts de Sibérie. Le cœur gonflé de gratitude. » C’était une tentative de mise en mots de ces « merveilleux insignifiants » qui m’avaient accompagnée tout l’été. Depuis, l’automne puis l’hiver se sont succédé. J’ai traversé des moments où dénicher ces petites parcelles de beauté s’est révélé plus ardu, comme cela arrive à chacun quand la vie se fait tourmentée, hachée, (...)

Lire la suite

lundi 19 décembre 2016

Si l’on veut que le train vive, il faut le faire savoir (Ode au rail, 3/3, Chronique Reporterre)

arton11178-f0201.jpg

Chronique publiée sur Reporterre le 15 décembre 2016 Troisième et dernier épisode de mon "Ode au rail" sur Reporterre. Lors de la dernière assemblée plénière du 16 décembre à la Région Auvergne Rhône-Alpes, nous n'avons fait que prolonger la Convention TER existante, les négociations sont toujours en cours, et cet appel au coup de klaxon citoyen est donc toujours d'actualité, n'hésitez pas à diffuser... Episodes précédents : Crains qu'un jour un train ne t'émeuve plus (Ode au rail, 1/3, Chronique Reporterre) L’incompréhensible obstination des décideurs politiques à tuer le rail (Ode (...)

Lire la suite

vendredi 16 décembre 2016

L’incompréhensible obstination des décideurs politiques à tuer le rail (Ode au rail, 2/3, Chronique Reporterre)

arton11067-7d868.jpg

Chronique publiée sur Reporterre le 1er décembre 2016 Parce que nos trains le valent bien, une chronique spéciale en trois épisodes consacrée au rail : sa dimension sensuelle et romanesque, la casse qu'en ont fait les politiciens, et enfin, dans le troisième et dernier épisode, un appel au coup de klaxon citoyen. (pour lire la première Ode au rail 1/3 "Crains qu'un jour un train ne t'émeuve plus"... c'est là) Si tout le monde aime le train, le développement du rail devrait être un sujet en or, jalousement protégé, revendiqué, instrumentalisé, même, par les politiques : ils surfent (...)

Lire la suite

vendredi 4 novembre 2016

« Crains qu'un jour un train ne t'émeuve plus » (Ode au rail, 1/3, Chronique Reporterre)

chronique1cabine.JPG

Chronique publiée sur Reporterre le 3 novembre 2016. Parce que nos trains le valent bien, une chronique spéciale en trois épisodes consacrée au rail : sa dimension sensuelle et romanesque, la casse qu'en ont fait les politiciens, et enfin, dans le troisième et dernier épisode, un appel au coup de klaxon citoyen. Voyage, magie, liberté : dans la folie du temps, le train reste une échappée de liberté et de poésie. Dans cette « Ode au rail », notre chroniqueuse célèbre le si beau chemin de fer. (Reporterre) Moi c'est le sifflet du 23h29. Ce petit coup de brume dans le lointain qui surgit dans la (...)

Lire la suite

vendredi 30 septembre 2016

Merveilleux insignifiants et conte d'été (Chronique du Diois sur Reporterre)

Pour penser à respirer, semer un peu de beauté, pour celles et ceux qui auraient besoin d'une dose de bonheur et de légèreté dans ce monde de brutes... Voici ma dernière chronique publiée sur Reporterre le 28 septembre 2016. Parce que la vie est éphémère et que la beauté se fait rare, manifestons notre bonheur   Pour la rentrée, notre chroniqueuse narre les joies simples de son été au jardin, à écouter bruire la nature, vibrionner les insectes et pépier les oiseaux. Parce que l’insignifiant n’est jamais à négliger. Corinne Morel Darleux est secrétaire nationale à l’écosocialisme du Parti de (...)

Lire la suite

mardi 28 juin 2016

Le bocal, suite (3/3) : Le Bocal est fermé, vive le Bocal !

EicerieBocal.jpg

Le bocal, suite (3/3) : Le Bocal est fermé, vive le Bocal ! Suite de la précédente chronique publiée sur Reporterre le 21 juin 2016 : « Je vais être honnête : j'écris cette chronique dans une chambre d'hotel à Lyon, entre deux journées de commissions à la Région. J'ai à main gauche une barquette en plastique pleine de tomates en plastique elles aussi, une Desperados à côté. Quand je fais une pause cigarette à la fenêtre j'ai vue sur un parking, et je confirme : de près comme de loin, le Bocal c'est le Paradis. » Sauf que non. Parce qu'un lieu de vie, eh bien ça vit. Et ça bouscule un peu. (...)

Lire la suite

- page 1 de 3

Haut de page