lundi 16 octobre 2017

De la neige en été. Chronique écosocialiste #2 pour Là-bas si j'y suis

Où l'on (re)parle d'écroulement de montagnes, de ski sous cloche, de soupçons de prise illégale d'intérêts et de cimetières de canons...

De la neige en été, ma dernière chronique pour Là-bas si j'y suis en intégralité pour abonnés ici.

Extrait vidéo :

On a beaucoup parlé du sort des ours blancs en matière de climat et de réchauffement. C’était mignon, mais c’était loin. Et puis ça s’est rapproché, et c’est devenu moins mignon : les inondations et ouragans ont frappé en gros plan. Voici une autre face cachée du climat, celle qui se passe en montagne : et cette fois c’est dans les Alpes, juste là, à côté.

Fin août, Bondo, petit village entre la Suisse et l’Italie, a été enseveli sous 4 millions de mètres cube de montagne et de boue. Le ressenti a été équivalent à un séisme de magnitude 3. Huit randonneurs sont morts. En cause, les températures caniculaires de ces dernières années : en Suisse la température a augmenté en moyenne de 2°C depuis 1864. Et petit à petit elles font fondre le « permafrost », la partie de la roche qui reste gelée en permanence et sert de « ciment » à la montagne. Bien sûr des écroulements il y en a déjà eu. Mais jamais à ce rythme : ça s’aggrave et ça risque de ne pas s’arranger.

Las, au lieu d’anticiper on fonce dans le mur : depuis la première Loi Montagne de Giscard, les politiques publiques n’ont pas beaucoup évolué. Le puissant lobby du ski est aux manettes et arrose d’argent public et de canons à neige les stations qui ne représentent que 3 % du territoire, pour des skieurs de plus en plus fortunés qui ne représentent que 7 % de la population. Mais ça rapporte, sur fond de conflits d’intérêt, de vitrine commerciale pour le marché chinois et de gros business.

Alors ils financent... Des pistes sous cloche pour skier en plein été à Tignes, des canons qui endettent les stations et risquent fort de ne pas fonctionner longtemps : pour un hectare de neige artificielle (ou « de culture » comme ils disent, ça fait plus chic) il faut 4.000 mètres cube d’eau, 25.000 kilowatts et surtout une température comprise entre -10 et 2°C. Il ne fera pas assez froid pour ça : au Col de Porte, dans l’Isère, la température a pris +1,9°C en 46 ans. Les études montrent toutes que le climat se réchauffe, les plus récentes prévoient qu’en 2100 il n’y aura plus une seule station sous 2.500 mètres d’altitude. Autant dire que ce n’est pas gagné. On va bientôt voir fleurir en montagne des cimetières de canons qu’on n’aura pas fini de payer.

Et si on essayait pour une fois d’anticiper, d’aider l’économie montagnarde à se diversifier, de regarder aussi du côté de la montagne vierge, déconnectée, préservée, et d’arrêter de n’y voir qu’un terrain de jeux pour téléportés ?

Bonus musical : « On s'attend donc au pire, il faut en profiter : on a pas tous les jours de la neige en été » Diabologum (Ce n’est pas perdu pour tout le monde)

vendredi 13 octobre 2017

Où la mésange décroche le rôle titre du prochain Godzilla

mesangeapignocchi.jpg

La nature n’a pas de morale, elle cherche l’équilibre, Chronique publiée sur Reporterre le 7 octobre 2017 Dans ma dernière chronique d’un été entre fiction et réalité, j‘évoquais « la pyrale blanche, qui annihile les buis dans nos montagnes et augmente les risques d’incendie, forme de véritables nuées qui de nuit trompent le regard comme autant de flocons de neige en plein été ». Aujourd’hui ce ne sont ni les papillons ni les chenilles, mais simplement l’automne qui racornit et jaunit les feuilles en altitude. Comme un ruissellement d’ocres qui dévale la montagne des sommets vers la vallée. Et (...)

Lire la suite

jeudi 5 octobre 2017

Dernières nouvelles de Lyon, les coulisses de Laurent Wauquiez et 13e compte rendu de mandat radiophonique

AP290917.jpg

Quinze heures de session, de 10h à 1h du matin, c'est le prix à payer d'être gouvernés par un homme pressé, qui refuse de passer deux jours à s'occuper des affaires de la Région qu'il préside. Et à 1h30 du matin, découvrir sur table 7.000 pages de rapports à voter dans l'heure pour nos camarades qui siègent en commission permanente, ça devient carrément du foutage de gueule. Ce ne sont pas des conditions correctes d'exercice d'un mandat. Surtout quand nous avons droit, nous, à maximum trois minutes d'intervention, quand Monsieur Wauquiez, lui, se paye le luxe de longues tribunes politiques - (...)

Lire la suite

mardi 26 septembre 2017

A qui profite l'A45 ? Chronique écosocialiste pour Là-bas si j'y suis

Très heureuse de vous annoncer que je ferai désormais une chronique écosocialiste deux fois par mois pour Là-bas si j'y suis. Voici la première sur le projet de nouvelle autoroute A45 et la pieuvre Vinci, saupoudrée d'un peu de Laurent Wauquiez, avec un extrait de la vidéo en accès libre pour vous donner envie de vous abonner... Suivez le lien : Le fond de l'air est vert. La nouvelle chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux À qui profite l’A45 ? Été, vacances, bouchons… Cette année encore, Bison Futé a vu rouge. Dans la région Auvergne Rhône-Alpes, on nous promet aujourd’hui de (...)

Lire la suite

samedi 23 septembre 2017

Interdite d’accès au procès de Figen Yuksekdag : la Turquie de M Erdogan récidive

Sincan1.jpg

Sincan1.jpgCette tribune a été publiée sur Mediapart le 20 septembre 2017, sous le titre "Mon témoignage sur la Turquie de M Erdogan"

18 septembre. Jour de visite des familles à la prison de Sincan, en Turquie. De nombreux cars font la navette vers cet immense complexe de 6.000 détenus. Devant la prison, nous sommes une dizaine d’observateurs internationaux à attendre en plein soleil par 36°C, entourés de policiers. Dans cette enceinte carcérale doit se dérouler le procès de Figen Yuksekdag, députée et co-fondatrice du HDP. Cette militante féministe et socialiste est détenue, comme dix autres députés du HDP, depuis dix mois sous divers chefs d’accusation de collusion avec le terrorisme.

En fait de terrorisme, il est reproché à Figen Yuksekdag d’avoir protesté contre les bombardements des populations civiles kurdes, d’avoir qualifié de « résistance » les manifestations qui ont eu lieu dans les villes kurdes placées sous couvre-feu, ou encore d’avoir qualifié de « massacre » la mort de centaines de civils durant les opérations menées par les forces de sécurité turques. Elle risque 83 ans de prison.

La première audience de ce procès a eu lieu au tribunal d’Ankara le 4 juillet, puis ajourné et remis au 18 septembre, devant la Haute Cour d'Ankara.

Sincan2.jpgLe 4 juillet, pour la première audience de son procès, une délégation d’observateurs internationaux avaient été interdite d’accès de la salle d’audience et expulsée manu militari du tribunal d’Ankara1. C’était une première en Turquie, où les procès sont publics, et ce droit garanti par la Constitution. La Turquie est également liée par les conventions internationales et l’OSCE en la matière. La présidence de la Cour, qui avait après des heures de discussion, finalement autorisé la présence dans la salle de quatre observateurs, a été quelques minutes plus tard rappelée à l’ordre par un appel du Ministère de la justice, sur consigne directe donc du gouvernement de M Erdogan.

Ce 18 septembre, devant la prison de Sincan, nous attendons et assistons à un véritable chassé-croisé entre les pouvoirs politique et judiciaire : la Cour demande aux avocats du HDP de se tourner vers le Ministère de la Justice, qui les renvoie à la Cour. Celle-ci rétorque depuis plusieurs jours que les autorisations sont désormais délivrées par le Ministère de la Justice et non plus par le Président de la Cour. Discours démenti par l'ambassade Turque en Suisse qui déclarait la semaine dernière encore que le Ministère de la Justice, pas plus que la Cour, n'a à autoriser les observations de procès, ceux-ci étant de droit publics en Turquie (il s’agirait de l’article 182 du Code de procédure criminelle). Elle précise néanmoins que la Cour peut décider à n'importe quel moment de fermer un procès particulier au public, uniquement en cas de problème grave de sécurité, et ce en le motivant et par déclaration publique. Nous en déduisons en toute logique que le « tri sélectif » à l'entrée du procès consistant à en interdire l'accès aux observateurs internationaux tout en autorisant le public, sans que ce choix soit motivé comme cela s'est passé le 4 juillet, et de nouveau ce 18 septembre, ne rentre dans aucune de ces hypothèses.

Pour cette deuxième audience, la Cour a décidé de déplacer le procès au sein même du complexe de la prison de Sincan, à 70 kilomètres d’Ankara. Selon les informations communiquées aux avocats du HDP, cette décision répond au fait de bénéficier de salles plus grandes : l’affluence au tribunal lors de la première audience avait été source de tensions avec la foule, nombreuse, qui souhaitait assister au procès. Las, le matin même de cette seconde partie du procès, nous apprenons que la salle réservée pour l’audience ne comporte que 20 places. Face à ces conditions, Figen Yuksekdag rend publique sa décision de ne pas assister à ce qu’elle considère comme une parodie de justice. En délégation internationale avec des avocats, journalistes et ONG, nous nous y rendons malgré tout. Nous sommes en tout dix observateurs internationaux de France, Suisse, Italie, Angleterre et Norvège, accompagnés d’une représentante de l'ambassade du Canada.

Sincan3.jpgNous attendrons devant la prison de Sincan pendant deux heures, pour apprendre finalement que notre délégation d'observateurs internationaux est interdite d'accès à la prison de Sincan et ne pourra assister au procès. A l’issue de cette demie-journée d’audience que nous suivons donc depuis Ankara, nous apprenons qu’après 10 mois de détention Figen Yüksekdağ est maintenue en prison. Son procès est de nouveau ajourné et remis au 6 décembre. Cette troisième audience aura lieu à la même prison de Sincan, dans la même salle de 20 places.

Nous étions trois français présents ce 18 septembre à la prison de Sincan : une avocate du barreau de Paris, Jean-Christophe Sellin et moi-même, tous deux élus régionaux et responsables du Parti de Gauche. Partis la veille de Paris, au moment même où dans ce même aéroport de Roissy, le journaliste français Loup Bureau tout juste libéré atterrissait en provenance d’Ankara. La concordance des temps est fatalement frappante, et après le soulagement de cette libération, on ne peut esquiver la vive question des contreparties accordées par le Ministre des Affaires Etrangères Jean-Yves le Drian au gouvernement Turc lors de son déplacement à Ankara. Se pose entre autres la question du soutien français aux forces kurdes qui combattent notamment en Syrie contre les forces de Daech et construisent une alternative démocratique, laïque et féministe au Rojava, au grand dam de Monsieur Erdogan. Combiné à l’approche du référendum au Kurdistan irakien, et à l’invasion des forces armées turques en Irak, la situation dans cette région du monde est sous haute tension. Les déclarations de Madame Merkel sur la suspension des discussions pour l’intégration de la Turquie dans l’Union européenne, en contre-point de l’accord qui lie cette même Union européenne à la Turquie sur la question des migrants, fait des conflits dans la zone et des déplacements de réfugiés qui en découlent, une question évidemment hautement géopolitique.

Par ailleurs, comme le rappellent régulièrement Amnesty International, Reporters sans Frontières et d’autres, 160 journalistes sont toujours détenus en prison, des députés, des maires, des magistrats, des enseignants, des écrivains sont encore incarcérés et en attente de procès. Ces deux audiences de Figen Yuksekdag témoignent du fait que tout est mis en place pour dissuader des observateurs internationaux de se rendre en Turquie et d’assister aux procès qui y ont lieu.

DelegationSincan.jpgNous avons pu rencontrer à Ankara la députée en charge des affaires juridiques pour le HDP, Ayse Acar Basaran et le député en charge des affaires internationales, Hisyar Özsoy. Nous avons longuement discuté ensemble de la situation, et de la manière dont l’opinion internationale pouvait être mobilisée. Lorsque nous étions sur place, un député du HDP qui venait d’être libéré dix jours avant a de nouveau été arrêté. Chaque jour, un véritable harcèlement s’exerce de la part des autorités turques sur les militants et élu-e-s du HDP, troisième force politique du pays avec 6 millions d’électeurs, et principale opposition démocratique à Monsieur Erdogan. Face à cette situation de plus en plus inquiétante sur les droits humains et les libertés en Turquie, une campagne internationale pour la libération de Selahattin Demirtaş et Figen Yüksekdağ, les deux co-fondateurs du HDP, est en train de s’organiser. Tous deux ont été démocratiquement élus députés en juin 2015. Ils risquent aujourd’hui 142 et 83 ans de prison.

Un appel va être lancé avec le soutien de personnalités du monde entier, universitaires, artistes, et responsables politiques. Le comité pour les droits humains de l'Union interparlementaire, basée à Genève en lien avec l'ONU s'intéresse également de près au sort des 55 député-e-s du HDP dont l’immunité parlementaire a été levée – avec le vote favorable de toutes les autres organisations politiques turques, y compris d’opposition. Selahattin Demirtas et Figen Yuksekdag ont été nominés la semaine dernière, à l’initiative du groupe de la GUE-NGL2, au prix Sakharov pour la liberté d’opinion décerné par l’Union européenne.

Ce sont autant de points d’appui pour que l’émotion, l’indignation, provoquée par les arrestations en Turquie des journalistes français Mathias Depardon et Loup Bureau ne retombe pas. Pour que la vague de « trouble, inquiétude et indignation » des États-Unis, de l’Union européenne, de l’Allemagne et de la France3 qui s’était exprimée au moment de l’arrestation de Selahattin Demirtas et Figen Yüksekdag ne s’assoupisse pas. Ils sont encore nombreux, femmes et hommes, détenus arbitrairement en Turquie. Ne les oublions pas.

« Ferment les yeux, les vagues,
Déchiquetés sont les nuages,
dispersés comme du coton cardé
dans le ciel gris de l’Euphrate.
(...) Les nuages sont les plumes d’une colombe blanche,
privée d’ailes,
lorsqu’elle tente de s’envoler... »
La nuit des contes, Sherko Bekes, poète Kurde.

Liens :

1Récit de la première partie de ce procès : http://bit.ly/2sXxS2U et sur le blog Mediapart d’Ilias Panchard : https://blogs.mediapart.fr/ilias-panchard/blog/070717/recit-dun-proces-politique-en-turquie

2http://www.guengl.eu/news/article/category//unjustly-imprisoned-opposition-leaders-in-turkey-nominated-for-sakharov-pri

3https://www.google.fr/amp/s/amp.france24.com/fr/20161105-turquie-hdp-arrestation-dirigeants-parti-pro-kurde-turc-demirtas-reactions-internationales-

Lire la suite

dimanche 10 septembre 2017

Climat, anthropocène : l'effondrement qui vient ? Un été entre fiction et réalité

joursheureux_henry_miller.jpg

  Un été entre fiction et réalité, Chronique publiée sur Reporterre le 8 septembre 2017 Il y a des saisons comme ça, où se conjuguent curieusement une infinie douceur de vivre et une toile de fond au goût d’apocalypse… J’ai passé mes vacances chez moi au pied du Vercors, parce que mon vrai luxe, mon doux plaisir est là : à refuser les déplacements motorisés, regarder pousser mon magnolia, effleurer les feuilles du citronnier, rire le cœur léger de voir les chats pourchasser le jet d’eau des tomates, les observer à hauteur d’herbe en prédateurs de lézards. Lire, contempler, s’émerveiller. (...)

Lire la suite

samedi 9 septembre 2017

Je voudrais dire avant tout que la vie vaut la peine d’être vécue. Hommage à Walter

WalteretGilles.jpg

Walter Bassan est décédé. Je l'ai appris ce matin par Gilles Perret et son très beau texte que je reproduis ici avec son accord. Sur le site de Citoyens Résistants d'Hier et d'Aujourd'hui, les compagnons du Plateau des Glières avec lesquels j'ai eu tant de plaisir depuis 2013 et cette année encore (moment de frissons capté en fin de billet) à partager ces moments de fraternité, de résistance, d'émotion, on peut lire des mots de Walter. La première phrase : Je voudrais dire avant tout que la vie vaut la peine d’être vécue... Comme un legs du résistant de toujours pour chacun de nos instants (...)

Lire la suite

mardi 5 septembre 2017

De nouveau en mission d'observation en Turquie le 18 septembre

IMG_0741.JPG

Le 4 juillet dernier, j'étais à Ankara en délégation internationale pour assister au procès politique de FigenYuksekdag, dépuée et co-fondatrice du HDP. Nous avions été interdits d'accès de la salle d'audience puis expulsés du tribunal sur intervention de la Présidence de la République turque, au mépris des conventions internationales. J'en avais fait le récit ici : "La mission en Turquie ne s'est pas déroulée comme prévu". Plus tard dans la soirée, le procès avait été ajourné et nous avions pris l'engagement auprès de nos hôtes de revenir. Engagement tenu, nous y serons donc pour la (...)

Lire la suite

lundi 4 septembre 2017

Ça s’est passé dans les Alpes, c’était le 23 août. Et c’est le climat. (Tribune collective)

photoafp.jpg

Dans les Alpes, l’« effondrement » devient terriblement concret. Voici la tribune collective que j'ai proposée à divers acteurs, praticiens, élus, chercheurs de la montagne et du climat, suite à l'écroulement qui s'est produit dans les Alpes suisses le 23 aout dernier, symptome très concret du dérèglement climatique et de l'effondrement qui vient. Un appel à l'action, une réponse aux climato-sceptiques qui ont déferlé sur les réseaux sociaux après la diffusion de cette vidéo, et un rappel que la fonte des glaces ne concerne pas que les ours blancs. Publiée sur Reporterre le 1er septembre (...)

Lire la suite

vendredi 28 juillet 2017

L'écosocialisme irrigué par le Danube... Récit de Budapest

PanoramaBuda.jpg

Le Danube m’attira avec une force irrésistible... écrivait Panaït Istrati. E et de fait, comme il y a quatre ans, j'ai passé chaque instant de liberté à Budapest littéralement collée au fleuve. Je suis partie en Hongrie à l'invitation de la fondation Rosa-Luxemburg-Stiftung et de la Gauche européenne. Avant de m'enfermer pour deux jours je me suis autorisé le premier soir de mon arrivée une promenade nocturne dans les rues désertes d'un ancien quartier industriel, ambiance post-apocalypse. Un sentiment imposant à la fois de liberté et d'écrasement. Il y a quatre ans, j'étais déjà venue (...)

Lire la suite

jeudi 27 juillet 2017

Éthidimuron, une aventure aqueuse

N_67548.PNG

Chronique du Diois, publiée sur Reporterre le 18 juillet : "De l'art d'être transparent en cachant tout" L’eau du robinet de notre chroniqueuse est de bonne qualité. Nonobstant la présence d’un mystérieux éthidimuron. Quid ? Elle a cherché à savoir de quoi il s’agissait, plongeant dans les méandres de la réglementation sur les produits chimiques. Résultat ? Mystère et boule de gomme. Il y a quelques jours, j'ai trouvé dans ma boite aux lettres un dépliant de l'agence régionale de santé (ARS), qui doit régulièrement effectuer un bilan de la qualité de l'eau et en informer la (...)

Lire la suite

mercredi 12 juillet 2017

Mais que se passe-t-il encore avec Laurent Wauquiez ?

Wauquiez.jpg

Alors que le FN ne cesse de courir après Monsieur Wauquiez en qui il reconnaît un pair grâce à ses multiples prises de position, de la « clause Molière » au refus d'accueil des réfugiés, en passant par la « main tendue » de Marion Maréchal le Pen, il semblerait que Monsieur Wauquiez court lui surtout après les présidences (comme nous l'avons expliqué ici à Lyonmag). Ainsi, après avoir conquis la présidence de la Région Auvergne Rhône Alpes où l'ambiance vire sérieusement de plus en plus au chaos comme le raconte dans un dossier très fouillé le journal Acteurs de l'économie, Monsieur Wauquiez (...)

Lire la suite

samedi 8 juillet 2017

La mission en Turquie ne s'est pas déroulée comme prévu. Récit

IMG_0823.JPG

C'est curieux. D'habitude quand je reviens d'un déplacement à l'international je suis emplie d'images, de parfums, de sonorités. Là rien. comme si j'avais passé ces deux jours en apnée. Je me suis envolée pour la Turquie lundi, pour assister en tant qu'observatrice au procès de Figen Yuksekdag, co-présidente du HDP, la troisième force politique du pays avec six millions d'électeurs. Détenue en garde à vue depuis son arrestation il y a huit mois, elle risque 83 ans de prison. Voir mon billet précédent. La mission ne s'est pas déroulée comme prévu. L'accès des délégations internationales a été (...)

Lire la suite

samedi 1 juillet 2017

Des députés, de l'emprisonnement et des mots. En mission d'observation internationale en Turquie

Figen.PNG

Il y a huit mois, c'était l'émoi. Toute la diplomatie occidentale réagissait fortement à l’arrestation de Selahattin Demirtas et Figen Yüksekdag, les deux co-présidents du HDP, troisième force politique en Turquie avec 6 millions d'électeurs. On pouvait lire trouble, inquiétude et indignation des États Unis, de l'Union européenne, de l'Allemagne et de la France. Aujourd'hui, même à creuser les tréfonds d'Internet on ne trouve aucune suite à ces réactions. Et pourtant. Détenue depuis huit mois, Figen Yüksekdag risque 83 ans de prison. Son procès va avoir lieu le 4 juillet à Ankara.  Alors après (...)

Lire la suite

jeudi 29 juin 2017

Le grand embouteillage, l'A45 et Vinci. Sauf si.

C8uKV2WXcAEqIJj.jpg

Le grand embouteillage, Paris-Bangkok, Ivan Illich, l'A45, Laurent Wauquiez, Tac-o-Tac, la forêt de Khimki, Notre Dame des Landes, les cadeaux de l'Union européenne, 8 Smics par jour et Vinci. Sauf si.   Corinne MOREL DARLEUX   Texte en pdf à télécharger en cliquant ici : A45 Vinci CorinneMD.pdf   Le grand embouteillage Chic ! C'est l'été. Et avec l'été bientôt les vacances et le retour de Bison Futé. Le grand embouteillage...1. Ça donne envie, non ? Alors certains ont eu une grande idée : nous permettre d'aller plus vite d'un bouchon à un autre. C'est l'A45, qui est en projet entre Lyon et (...)

Lire la suite

vendredi 2 juin 2017

L'écosocialisme, outil de recomposition : contribution dans les pages de L'Huma

Huma.jpg

J'ai été invitée par L'Humanité à contribuer aux pages Débats & Controverses du numéro du 1er juin sur le thème : « Sur quelles bases la gauche de transformation peut-elle se reconstruire? », voici mon texte. Je ne sais pas vous, chers amis lecteurs, mais personnellement j'observe le paysage politique en France avec un étonnement grandissant. Pour le meilleur, quand est enfin franchi le seuil que nous attendions tant, avec le beau score de 20% à la présidentielle avec JL Mélenchon et le programme de la France Insoumise. Pour le pire, quand je vois progresser les voix du FN, et l'abstention (...)

Lire la suite

mardi 30 mai 2017

Plaidoyer paysan. Chronique agricole du Diois pour Reporterre

CassetaDalle1.jpg

"L'agriculture paysanne est la voie à suivre", publiée sur Reporterre le 29 mai 2017. Photos : série inédite de l'opération "Casse ta dalle béton" menée à l'été 2016 par le Mouvement de Libération de l'Humus Diois La « gelée noire » de la fin du mois d’avril a durement frappé le vignoble du Diois, exacerbant les difficultés des paysans. Dans cette partie de la Drôme comme ailleurs en France, le métier de la terre ne permet plus de vivre décemment, déplore notre chroniqueuse. Il ne faut pas toujours se fier aux premiers signes du Printemps. Dans le Diois, martinets et (...)

Lire la suite

samedi 27 mai 2017

Center Parcs : c'est toujours non

roybon2.jpg

On a salué en juillet 2015 la décision du Tribunal Administratif de Grenoble déclarant illégal le projet de Center Parcs à Roybon dans l'Isère En avril 2016, on est montés au créneau contre le premier budget de Laurent Wauquiez à la Région, qui comportait un soutien de 4,7 millions d’euros au Center Parcs On a déposé un recours devant le Tribunal administratif en juin 2016 En décembre, rebelote : vote du deuxième budget pour 2017 avec le soutien de 4 millions d’euros au Center Parcs Alors devinez quoi : rebelote aussi, en janvier 2017 on dépose un deuxième recours. D'autant qu'entre-temps, en (...)

Lire la suite

vendredi 26 mai 2017

Ecologie, climat et pape François

Reception_LS.jpg

J'ai été invitée à l'automne dernier, en compagnie de Serge Latouche, Florence Leray, Alain Lipietz ou encore Mohammed Taleb, à intervenir dans le cadre d'un cycle de conférences organisé par la Chaire Jean Bastaire à l'Université Catholique de Lyon. J'y ai fait une lecture critique et écosocialiste de l'encyclique Laudato Si du Pape François, parue l'année de la Cop21. Aujourd'hui sort aux éditions du Cerf le recueil de nos contributions, sous la direction de Fabien Revol, disponible dans toutes les bonnes librairies (cliquer sur l'image ci à côté pour les détails). Vous pouvez également (...)

Lire la suite

mardi 23 mai 2017

Montez le son ! Douzième compte-rendu de mandat radiophonique sur RDWA (podcast)

Corinne Morel Darleux, conseillère régionale élue en Drôme, nous propose un rendez-vous régulier pour un "compte-rendu de mandat radiophonique", ici à la suite d'une commission permanente de la région Auvergne-Rhône-Alpes. La dernière s'est tenue le 18 mai 2017. Corinne Morel Darleux nous commente les points suivants : - Qui est soutenu, qui ne l'est plus ? (Espérance Banlieues, Opéra de Lyon, CIDFF, FRAB, PatiPrestige, Carte Jeunes...) - Le règlement des subventions - Un point de vigilance : les thermes de Montbrun-les-Bains - Citoyens Résistants d'Hier et d'Aujourd'hui au plateau (...)

Lire la suite

- page 1 de 73

Haut de page