Coordinatrice des Assises de l'écosocialisme, Parti de Gauche, Conseillère régionale Front de Gauche en Rhône Alpes, Membre du Bureau exécutif du Parti de la Gauche Européenne et du bureau de la Fondation Copernic. D'inspiration écolo-radicale, défend la transition écologique et la révolution citoyenne. (lire la suite) corinne morel darleux

L'écosocialisme comme appui-rebond. Remue-méninges du PG et billet de rentrée.

HaricotsVerts.jpgCet été, entre deux bains de rivière, brise océanique et autres cueillettes de haricots verts, j'ai piloté le parcours écosocialisme pour les journées d'été du Parti de Gauche, son « remue-méninges » qui a lieu cette fin de semaine, à côté de Grenoble comme chaque année.

Je tiens à commencer par souligner le mérite et l'aide précieuse de l'équipe de militants Isérois autour notamment d'Elisa Martin, Kristof Domenech, Christophe Bresson, et de l'équipe d'organisation avec Fred Dumont et Helen Duclos, qui font un travail de dingue chaque été et rappellent avec cœur et courage que camarade reste un joli nom. Un régal, et ça fait un bien fou. Avec leur aide, donc, et l'appui précieux des camarades de la commission écologie, Mathieu Agostini, Didier Thévenieau et David Gau notamment, nous avons conçu un parcours militant composé de formations militantes sur l'écosocialisme et "le nucléaire au secours du capitalisme vert" suivies d'un atelier discussion sur la future loi de transition énergétique, ses enjeux et nos propositions alternatives, animés par Didier et Mathieu. Puis vendredi soir je serai aux côtés de Michael le Sauce, réalisateur, pour la projection en avant – première de son film « Un revenu pour la vie », auquel j'ai participé avec de nombreux autres intervenants, afin de poursuivre le débat sur le revenu de base, ou allocation citoyenne, la notion de travail et d'activité, la réduction du temps de travail et autres nécessaires distinctions entre negotium et otium.

Samedi enfin, pour l'ouverture de nos plénières, j'introduirai et co-animerai avec Eric Coquerel dans le grand amphi du campus notre débat : "L’écosocialisme, nouvelle doctrine de l’émancipation humaine" avec la participation de Liêm Hoang Ngoc, François Ruffin, Laurence Lyonnais, Francis Parny, Henri Peña Ruiz, Christine Poupin et Jérome Gleizes.

Je voudrais en profiter pour revenir sur l'importance de poursuivre ce travail de fond. Nous sommes, tout le monde l'a dit et reconnu, à un moment de ressac et de recomposition politique. Or en période de ressac et de doute, où les gens se détournent des urnes, où les militants se sentent eux-mêmes parfois perdus et où plus personne ne comprend où sont les frontières passées, il n'y a qu'une chose à faire : refaire de la Politique.

Résister bien sûr, c'est indispensable et on le fait tous, mais aussi travailler à la reconstruction d'un projet politique. En produisant du débat d'idées, des textes, des débats de fond, et en élaborant un projet qui puisse être partagé et donner à voir le « pour » que nous voulons. Or quel autre projet systémique avons-nous aujourd'hui susceptible de fédérer largement et de reconquérir ce rapport de forces que nous avons perdu, si ce n'est l'écosocialisme ? Soyons clairs : le PG n'a pas inventé l'écosocialisme. Il l'a réactualisé, relancé, il le porte et le propage. Le PG à son dernier Congrès a adopté le Manifeste pour l'écosocialisme comme projet politique, mais il n'en est pas propriétaire. D'autres organisations politiques en ont fait leur pierre angulaire, et surtout : les partis ne sont plus des monolithes, le monde bouge. Les militants aussi. Il y a au PCF des écosocialistes, comme il y en a à Nouvelle Donne ou à EELV. Le mouvement Ensemble en est truffé, de même que le NPA. Et même dans les rangs militants du PS ou de la CGT. Eh oui. Et vous savez pourquoi ? Parce que ces 18 thèses ont été rédigées collectivement, en prenant le temps, avec respect pour tous ces gens là, en les écoutant, en prenant en compte les différences et les repères-clés de ces différentes traditions militantes, afin que chacun puisse y retrouver ses petits. Que ça puisse parler à tout le monde. Et fédérer.

Fédérer, car les militants de Gauche, avec un grand G, doivent pouvoir s'unir autour d'un projet politique. Voilà le seul trait d'union capable de tenir la route et le cap. Aucun accord d'appareil, aucune ligne officielle ne tiendra s'ils ne s'appuient pas avant tout sur une ligne d'horizon, sur un projet de société pour lequel nous serons les uns et les autres prêts à continuer à nous battre, à veiller pour finir un communiqué, à se lever aux aurores pour soutenir une boite en lutte, à financer le militantisme sur des sous trop vite épuisés. Alors il nous faut continuer à mettre toute notre énergie à faire vivre ce projet écosocialiste. A vérifier s'il peut fédérer, ce qu'il faut y modifier, à construire des passerelles militantes, à le faire connaître, le décliner en mesures concrètes et à avancer vers sa mise en œuvre. 

La question est sur toutes les lèvres en cette rentrée. Le Front de Gauche ne peut pas continuer à être un cartel de partis et d'appareils, auxquels le projet devrait se plier pour faire plaisir à tout le monde : raisonner comme ça c'est nous tuer, et avec nous, l'espoir soulevé par le Front de Gauche pour des millions de citoyennes et de citoyens. Les clivages ne s'arrêtent plus aux frontières des syndicats, associations ou partis, tous en plein brassage et en questionnement, mais à celles du projet de société pour lequel on accepte de se battre ensemble. C'est ça faire de la politique, ça la raison pour laquelle la grande majorité d'entre nous s'est engagée. Pas pour faire des calculs à dix bandes et créer des alliances objectives d'intérêts à courte vue, mais pour changer la vie et en priorité celle des opprimés. Mais pour ça, il faut qu'on puisse se reconnaitre et enfin avancer, unis et motivés. Avec trois impératifs selon moi : un cap politique, le projet écosocialiste comme ligne d'horizon, une stratégie de conquête et d'autonomie totale vis à vis du gouvernement et des ses politiques mortifères, et une pratique politique faite d'empathie, de radicalité et d'aménité. Ce triptyque, c'est le meilleur garde-fou contre les compromis pourris. Avancer et fédérer, non en en rabattant, ni en restant chacun campés sur ses positions, ses a-prioris, mais en créant ce lien de fond qui seul nous permettra de surmonter les divisions.

Et nous le faisons avec quelques résultats depuis deux ans, on n'en parle pas au journal télévisé, certes. Mais on construit les bases arrières d'un mouvement solide et pérenne. Depuis les Assises nationales initiées par le PG en décembre 2012, un comité national d'animation a été mis en place, avec des personnalités de divers horizons. Des assises départementales ont eu lieu dans une quinzaine de villes en France et d'autres sont d'ores et déjà planifiées pour cette rentrée dans les Hautes Pyrénées, en Vendée, dans le Gard, le Limousin, les Yvelines, ou encore ici en Isère... A chaque fois, on y retrouve des militants de différents partis politiques, des élus, des syndicalistes, des associations et des citoyens.

Le premier manifeste des 18 thèses pour l'écosocialisme a été tiré à 5000 exemplaires, puis retiré à 2000 exemplaires supplémentaires. Il est disponible en 12 langues : français, grec, allemand, espagnol, japonais, italien, portugais, anglais, russe, polonais, néerlandais, et suédois. Et avec Jean-Luc Mélenchon, nous l'avons présenté à nous deux dans une douzaine de pays différents : en Espagne, au Maroc, en Algérie, en Tunisie, Angleterre, Belgique, Portugal, Équateur, Italie, Hongrie, Japon et Danemark. Une motion sur l'écosocialisme a été proposée par le Parti de Gauche, l'Alliance Rouge-Verte danoise, Syriza, le Bloco portugais et Die Linke, au Congrès du Parti de la Gauche Européenne à Madrid le 15 décembre 2013. Elle a été votée avec 48% de votes pour et 43% contre. A sa suite, un Réseau écosocialiste européen a été lancé en janvier 2014 à Paris au siège du PG, puis de nouveau s'est réuni à Bruxelles et à Londres, la prochaine rencontre aura lieu en Espagne. Ce réseau réunit aujourd'hui 20 organisations membres et 6 observateurs de 13 pays. Et à chaque rencontre, de nouvelles formations politiques nous rejoignent. Ainsi à Londres en juin dernier nous avons eu le plaisir d'accueillir le mouvement espagnol Podemos représenté par Luis Alegre ainsi que Syriza, venus en observateurs, ou encore Maria Olteanu, activiste gaz de schiste en Roumanie. Nous sommes également en lien avec l'Appel pour une conférence européenne écosocialiste qui s'est lancé à Genève en janvier 2014, avec le Réseau Québec solidaire, les initiateurs de la Déclaration du bien vivre de Quito des 9-11 juin, et le manifeste a donné lieu à des tribunes jusqu'au Mexique...

L'écosocialisme répond à un besoin profond, celui d'une nouvelle synthèse politique pour le 21e siècle, qui rende crédible l'opposition au système actuel, en faisant la jonction entre le social et l'environnement. C'est un projet-creuset qui peut gagner les cœurs et les esprits parce chacun sent, même confusément, que l'écologie ne peut être que de gauche et que la gauche si elle veut survivre ne peut être qu'écologiste. Et de fait, pour ce débat nous n'avons essuyé aucun refus, quelques incompatibilités d'agenda dues à la tenue au même moment de nombreux rassemblements militants, mais tous les invités contactés ont répondu qu'ils étaient partants pour réfléchir ensemble sur ce projet. Des personnalités de tous horizons, du Front de Gauche, d'Attac, de Nouvelle Donne, d'EELV, du NPA, des économistes atterrés, et des non encartés, journalistes, auteurs, philosophes et sociologues. Tous sont prêts à avancer.

Je souhaite que ce débat marque le passage à la deuxième phase du déploiement de l'écosocialisme comme projet fédérateur, afin d'accélérer la mise en commun de nos forces et le rassemblement de tous les militants de bonne volonté, pour qui l'urgence n'est pas qu'un mot de tribune et qui savent l'importance du débat d'idées pour construire l'avenir, dans le respect et le dialogue argumenté. J'ai donc demandé à chacun de nos intervenants de réagir au Manifeste, comme base de débat, et de proposer son propre éclairage sur "L’écosocialisme, nouvelle doctrine de l’émancipation humaine". Chacun-e disposera de dix minutes et le débat sera articulé autour de trois grands thèmes que nous lancerons à tour de rôle avec Eric Coquerel : L'écosocialisme synthèse à gauche, au croisement du marxisme et de l'écologie politique avec Henri Pena-Ruiz et Jerome Gleizes ; Biens communs et jonction avec les luttes sociales avec les interventions de Christine Poupin, Francis Parny et Laurence Lyonnais ; et enfin Alternative à la croissance et lutte contre les inégalités avec François Ruffin et Liem Hoang-Ngoc.

… Et je crois qu'on pourra dire avec tout ça que la rentrée sera bel et bien lancée.

Habere otium faciendi. Avoir le temps de faire (ou de ne rien faire).

regarderlesmontagnesnaitredelabrume.jpg

Une matinée d'été paisible dans le Diois. Savourer café – clope au soleil, regarder les montagnes naître dans la brume, jeter un œil au Canard Enchainé... Intriguée par le terme Otium, "ce cercle de loisir et de l'oisiveté chez les Anciens, le fondement même de leur sagesse", utilisé dans  […]

Lire la suite

La trahison énergétique. Réaction au projet de loi sur la "transition énergétique pour la croissance verte"

La trahison énergétique Réaction pour le Parti de Gauche rédigée par Didier Thévenieau, Corinne Morel Darleux et Mathieu Agostini Voir également notre article précédent "Le gouvernement en sobre état d'ébriété nucléaire" ici et mon billet "Transition énergétique : Ira, ira pas ?"  […]

Lire la suite

Transition énergétique : Le gouvernement en sobre état d'ébriété nucléaire

Flamanville2MBriegel032014.JPG

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : Le gouvernement en sobre état d'ébriété nucléaire Par Didier Thévenieau et Corinne Morel Darleux, publié dans l'hebdo A Gauche du 4 juillet 2014 (Voir aussi sur ce sujet la tribune "La trahison énergétique" rédigée par Didier Thévenieau, Julie del Papa et David Gau  […]

Lire la suite

London calling : écosocialisme européen, luttes, COP21 Paris et Podemos

london-calling.jpg

Après Paris et Bruxelles, et avant Barcelone où se tiendront nos prochaines rencontres à l'automne, la troisième réunion de notre réseau écosocialiste européen s'est tenue ce week end à Londres. Grâce au précieux travail de préparation et d'animation de Stephen Bouquin de Rood, de François Ralle du  […]

Lire la suite

OGM : La mutagenèse en procès politique à Orléans. Soutien aux faucheurs volontaires.

tournesols.jpg

OGM : La mutagenèse en procès politique à Orléans. Hervé Eon, Faucheur volontaire Corinne Morel Darleux, Conseillère régionale Rhône Alpes Mathieu Agostini, Responsable de la commission Écologie du PG Le 9 avril dernier, 3 faucheurs volontaires comparaissaient en appel suite au fauchage en 2010 de  […]

Lire la suite

1000 vaches, Confédération Paysanne, responsabilité du gouvernement et soutien FdG-EELV en Rhône Alpes

1000vaches.png

Les 1000 Vaches... Encore une lutte qui ne date pas d'hier mais qui enfin, d'abus en abus, finit par monter fort et c'est tant mieux. Petite caisse de résonance et contribution personnelle au combat. Dès novembre 2013, j'apportais le soutien du Parti de Gauche aux syndicalistes de la Confédération  […]

Lire la suite

Notre Dame des landes : L’abandon c’est maintenant !

Communiqué Cette fois encore, pour la sixième année consécutive, le Parti de Gauche sera présent au grand rassemblement estival des opposants au projet d’aéroport de Notre Dame des landes près de Nantes les 5 et 6 juillet. Des caravanes (à pieds, vélos, tracteurs, voitures…) se sont déjà mises en  […]

Lire la suite

- page 1 de 150