Coordinatrice des Assises de l'écosocialisme, Parti de Gauche, Conseillère régionale Front de Gauche en Rhône Alpes, Membre du Bureau exécutif du Parti de la Gauche Européenne et du bureau de la Fondation Copernic. D'inspiration écolo-radicale, défend la transition écologique et la révolution citoyenne. (lire la suite) corinne morel darleux

La trahison énergétique. Réaction au projet de loi sur la "transition énergétique pour la croissance verte"

petitspoiscodebarre.JPGLa trahison énergétique

Réaction pour le Parti de Gauche rédigée par Didier Thévenieau, Corinne Morel Darleux et Mathieu Agostini

Voir également notre article précédent "Le gouvernement en sobre état d'ébriété nucléaire" ici et mon billet "Transition énergétique : Ira, ira pas ?" là

En validant le "projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte" présenté par Ségolène Royal, le Conseil des Ministres de ce mercredi 30 juillet 2014 marque à nouveau la volonté du gouvernement de favoriser l'illusoire capitalisme vert.

Alors que la crise écologique impacte durablement la crise économique et sociale, la nécessaire transition énergétique que la France devrait mettre en oeuvre de façon exemplaire, est renvoyée aux calendes grecques et celle qui nous est proposée envoie notre pays dans une impasse pour très longtemps. En effet, non seulement en imposant l'industrie nucléaire comme socle de son projet de loi,mais aussi en refusant que le parlement puisse avoir une voie décisionnelle sur 75% de la production d'électricité, le Ministère de l'écologie contredit ses déclarations d'intentions. En s'alignant sur les objectifs énergétiques et climatiques européens, le gouvernement masque par la sémantique un projet aussi peu ambitieux qu'inefficace.

Le gouvernement prétend vouloir favoriser la transparence, la démocratie, la sobriété et l'efficacité énergétique, l'indépendance énergétique de la France et le volontarisme de l’État. Mais en même temps, depuis le début de la mise en place du Débat National sur la Transition Énergétique il interdit tout débat sur le nucléaire pour satisfaire les lobbies, propose une programmation pluriannuelle de l’énergie à 5 ans totalement inadaptée à l'inertie de l'industrie nucléaire, privatise la gestion des concessions hydro-électriques, sous-traite de plus en plus les activités dangereuses des Installations Nucléaires de Base sans même prévoir un volet protégeant ses ouvriers précaires, favorise la consommation d'électricité en promouvant une illusoire "voiture électrique propre" et laisse aux choix des particuliers et de leurs moyens financiers l'une des principales sources d'économies d'énergies : l'efficacité énergétique des bâtiments. En réalité, le secteur du transport est totalement laissé à l'abandon d'une vision passéiste et sans ambition.

Au final, ce projet de loi n'est pas à la hauteur de l'urgence écologique et de la bifurcation dont notre société a besoin. Comment, en effet, une politique de l'offre fondée sur une consommation toujours plus grande peut-elle être compatible avec la sobriété et l'efficacité énergétique dont nous avons besoin ? Comment considérer l'électricité nucléaire comme propre alors qu'elle engendre des risques et des pollutions à très long terme que le gouvernement refuse de considérer à sa juste dangerosité, et qu'elle incite à une surconsommation et aggrave ainsi la précarité énergétique des ménages ? Comment considérer qu'elle assure à la France une indépendance énergétique alors qu'elle nécessite l'extraction de minerais hors de notre territoire national ? Et surtout, comment imaginer une seconde que le financement de la transition écologique puisse être effectif alors que le Ministère de l'écologie, sous Hollande comme sous Sarkozy est l'un des principaux touchés par l'austérité ? Les spéculateurs et les financiers pourront laisser libre court à leur imagination. Même drapée dans une volonté de développer les Énergies renouvelables et la rénovation thermique, et ornée d'un "chèque énergie" (pis-aller pour les revenus les plus faibles), ce projet de loi condamne la France à une dépendance au nucléaire pour plus d'un siècle.

La bifurcation écologique à opérer est d'ampleur, elle nécessite une vision politique de long terme, un projet ambitieux d'écosocialisme décliné en une planification écologique d'envergure, reconsidérant nos modes de consommation et de production, nos déplacements et l'étalement urbain, remettant en cause le productivisme et l'extractivisme qu'ils nécessitent, afin de permettre de sortir de la crise sociale et environnementale mondiale dans laquelle le capitalisme vert nous entraîne sournoisement.

Transition énergétique : Le gouvernement en sobre état d'ébriété nucléaire

Flamanville2MBriegel032014.JPG

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : Le gouvernement en sobre état d'ébriété nucléaire Par Didier Thévenieau et Corinne Morel Darleux, publié dans l'hebdo A Gauche du 4 juillet 2014 (Voir aussi sur ce sujet la tribune "La trahison énergétique" rédigée par Didier Thévenieau, Julie del Papa et David Gau  […]

Lire la suite

London calling : écosocialisme européen, luttes, COP21 Paris et Podemos

london-calling.jpg

Après Paris et Bruxelles, et avant Barcelone où se tiendront nos prochaines rencontres à l'automne, la troisième réunion de notre réseau écosocialiste européen s'est tenue ce week end à Londres. Grâce au précieux travail de préparation et d'animation de Stephen Bouquin de Rood, de François Ralle du  […]

Lire la suite

OGM : La mutagenèse en procès politique à Orléans. Soutien aux faucheurs volontaires.

tournesols.jpg

OGM : La mutagenèse en procès politique à Orléans. Hervé Eon, Faucheur volontaire Corinne Morel Darleux, Conseillère régionale Rhône Alpes Mathieu Agostini, Responsable de la commission Écologie du PG Le 9 avril dernier, 3 faucheurs volontaires comparaissaient en appel suite au fauchage en 2010 de  […]

Lire la suite

1000 vaches, Confédération Paysanne, responsabilité du gouvernement et soutien FdG-EELV en Rhône Alpes

1000vaches.png

Les 1000 Vaches... Encore une lutte qui ne date pas d'hier mais qui enfin, d'abus en abus, finit par monter fort et c'est tant mieux. Petite caisse de résonance et contribution personnelle au combat. Dès novembre 2013, j'apportais le soutien du Parti de Gauche aux syndicalistes de la Confédération  […]

Lire la suite

Notre Dame des landes : L’abandon c’est maintenant !

Communiqué Cette fois encore, pour la sixième année consécutive, le Parti de Gauche sera présent au grand rassemblement estival des opposants au projet d’aéroport de Notre Dame des landes près de Nantes les 5 et 6 juillet. Des caravanes (à pieds, vélos, tracteurs, voitures…) se sont déjà mises en  […]

Lire la suite

Réconcilier emploi et environnement, sortir des débats d'un autre temps (Ecorev)

Ecorev41.jpg

Après lui avoir laissé le temps de vivre sa vie de papier en kiosque et via internet, je publie avec un petit décalage dans le temps cette contribution que m'avait demandé l'équipe de la revue Ecorev, parue dans le n°41 au Printemps 2014. Réconcilier emploi et environnement, sortir des débats d'un  […]

Lire la suite

Transition énergétique : Ira, ira pas ? Tour d'horizon et rappel des positions du PG

eeigbgfj.png

Transition énergétique : Ira, ira pas ? La grande loi sur la transition énergétique promise la main sur le cœur par François Hollande dès septembre 2012, à l'occasion de la première conférence environnementale du gouvernement, est devenue le grand marronnier politique du quinquennat de Hollande  […]

Lire la suite

- page 1 de 150